Suivre une étoile….faire un don…venir de l’Orient

Suivre une étoile….faire un don…venir de l’Orient

L’imaginaire populaire a trouvé dans l’histoire des mages un élément très fécond de réflexion à la limite du fabuleux et du légendaire. Et pourtant, l’Evangile reste sobre en décrivant la scène de l’Epiphanie, il le fait avec un naturel spontané qui ne laisse pas de doutes sur son historicité. Mais il ne nous est demandé ici de savoir si l’histoire et la légende se croisent et s’inspirent réciproquement ; comme d’habitude l’Evangile nous aide à aller à l’essentiel de la signification de cet épisode. Trois sont les points que l’épisode m’inspire : l’étoile, les dons et l’Orient.

  1. Parmi les sciences plus intéressantes et captivantes l’astronomie y figure en premier rang. Littéralement « nommer les astres », à été depuis la nuit des temps une aventure que l’homme a toujours considérée essentielle pour sa vie sur la terre, connaitre la voûte céleste, essayer de comprendre l’avenir à partir de la position des astres, prévoir des calamités ou des chances à travers des signes du ciel, tout cela conduit les activités humaines et donne sens aux âges du monde . Une autre science moins scientifique qui s’accompagne à l’astronomie est l’astrologie qui voudrait être une interprétation de tout ce monde céleste lié aux constellations, aux planètes, etc. Si la première se base sur des lois scientifiques, la seconde est le fruit d’empirisme discutable et aléatoire. Mais depuis la création de la lumière dans la Genèse et jusqu’au grand signe parut dans le ciel de l’Apocalypse, la Bible est riche de références liées aux astres du ciel et aux activités de l’univers qui surplombe les hommes.

Une étoile parut en ce temps et les mages, connaisseurs de cette science du ciel, repèrent cette étoile et la suivent avec joie, elle était certainement porteuse d’une bonne nouvelle. Suivre une étoile cela signifie avoir une direction dans notre vie, avoir un but qui nous dépasse et qui nous entraine à l’effort. Suivre une étoile relève assurément de l’aventure mais demande aussi une ferme capacité de lire les signes des temps ; de reconnaitre ces signes dont notre chemin est rempli. Quelle est ton étoile ? C’est, peut être, l’étoile du succès, de la réussite ! Ou bien l’étoile du bonheur des choses matérielles ? Quelle est ton étoile ? Il se pourrait qu’elle soit une idéologie, une pensée fixe qui te poursuit ou qui t’anime ! Et si ton étoile était Jésus Christ, oui, lui qui a dit : je suis la lumière du monde. Vraiment Jésus est l’étoile que nous chrétiens devons suivre, sa lumière brille plus que tout, accueillir cette lumière signifie faire comme les mages, se mettre en marche, sortir du chez soi, pour aller dans le monde sans redouter les ténèbres qui parfois semblent engloutir la lumière. Jésus est notre étoile, notre soleil levant celui qui nous appelle à une vie pleine et lumineuse. Suivre l’étoile c’est concrètement se laisser illuminer par sa parole de vie et de vérité.

  1. L’Evangile parle des dons que les mages ont apportés à l’enfant Jésus.  L’or, l’encens et la myrrhe. Très tôt les pères de l’église ont reconnus en ces dons l’affirmation de la royauté du Christ (l’or), de sa divinité (l’encens) et l’annonce de la passion et mort (la myrrhe). Les dons accompagnent souvent des manifestations particulières de la vie des hommes, un anniversaire, un mariage, un baptême des moments important auxquels on s’associe par un don qui devient la manifestation de notre amour, de notre participation et de notre considération. Les dons des rois mages sont évidemment des dons de valeur et, plus grande est la valeur de ce qu’on donne, plus grande est la relation avec celui qui reçoit le don. On pourrait nous demander en ce jour quel est notre don à Jésus. Sommes-nous en mesure de lui faire un cadeau digne de Lui ? Sommes-nous capables d’offrir à notre Dieu quelque chose ? Certainement, il ne s’agit pas d’offrir des choses ce que Dieu désire de nous ce ne sont pas des choses, mais notre disponibilité, notre ouverture à Lui, notre capacité de l’accueillir dans notre vie pour nous laisser transformer par sa présence. Le don merveilleux que nous pouvons faire au Seigneur c’est nous même dans le désir de vivre pour lui et avec lui.
  2. Mais n’oublions pas que la fête de l’Epiphanie est avant tout une fête missionnaire.

Les nations alors marchent vers ta lumière…tous se rassemblent, ils viennent vers toi ; nous dit le prophète.  Et Saint Paul : les païens ont part à l’héritage… C’est l’Orient mystérieux d’où viennent les mages qui symbolise cette ouverture à toutes les nations et à tous les peuples. Venir de l’Orient signifie arriver des confins de la terre, venir de très loin pour avoir part à la Promesse que Dieu en Jésus Christ fait à tous les peuples et à chaque personne. La manifestation du Fils de Dieu est vraiment cette lumière qui éclaire peuples et nations, races et cultures et qui appelle tous à entrer dans cette nouvelle clarté que l’incarnation nous ouvre. Le Dieu avec nous est le Dieu pour tous et nous en somme les témoins. Epiphanie fête de la lumière du Christ qui éclaire tous les hommes et qui invite tous à participer à la grande promesse du salut. Cela demande à nous les chrétiens d’être courageux dans la proposition de notre foi et audaces dans le témoignage. Dans un monde qui préfère les ténèbres, dans un monde malade de s’auto-suffire sans Dieu, la lumière de l’Epiphanie reste un appel lancé aux hommes et femmes de tous les temps et de tous les lieux à se laisser illuminer par l’amour de Dieu, un Dieu qui veut que tous soient sauvés.

En suivant notre étoile : le Christ, offrons nous-mêmes comme offrande agréable au Seigneur et indiquons à tous ceux, que nous rencontrons, la lumière qui sauve, libère et nous apprends à aimer.

Related posts