Ils lui offrirent leurs présents…

Ils lui offrirent leurs présents…

ÉVANGILE

Nous sommes venus d’Orient adorer le roi (Mt 2, 1-12)

Jésus était né à Bethléem en Judée,
au temps du roi Hérode le Grand.
Or, voici que des mages venus d’Orient
arrivèrent à Jérusalem
et demandèrent :
« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ?
Nous avons vu son étoile à l’orient
et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé,
et tout Jérusalem avec lui.
Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple,
pour leur demander où devait naître le Christ.
Ils lui répondirent :
« À Bethléem en Judée,
car voici ce qui est écrit par le prophète :
Et toi, Bethléem, terre de Juda,
tu n’es certes pas le dernier
parmi les chefs-lieux de Juda,
car de toi sortira un chef,
qui sera le berger de mon peuple Israël.
 »
Alors Hérode convoqua les mages en secret
pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;
puis il les envoya à Bethléem, en leur disant :
« Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant.
Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer
pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »
Après avoir entendu le roi, ils partirent.

Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient
les précédait,
jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit
où se trouvait l’enfant.
Quand ils virent l’étoile,
ils se réjouirent d’une très grande joie.
Ils entrèrent dans la maison,
ils virent l’enfant avec Marie sa mère ;
et, tombant à ses pieds,
ils se prosternèrent devant lui.
Ils ouvrirent leurs coffrets,
et lui offrirent leurs présents :
de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode,
ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.


HOMELIE

Ils lui offrirent leurs présents…

Noël temps de cadeaux ! Les rois mages nous apprennent cette belle politesse, offrir des cadeaux, des présents, donner quelque chose. En ce temps de Noël quels cadeaux allons-nous offrir à Jésus ?  À vrai dire il n’a besoin de rien, en effet c’est lui le merveilleux cadeau que le Père nous a envoyé ! Mais avec un peu d’effort pensons à un cadeau qui puisse être bien accueilli par le Seigneur et qui nous aide à vivre une gratitude toujours nécessaire à l’endroit de Dieu.

Toi enfant que peux-tu offrir à Jésus ? Mais bien sur ta joie de vivre,  ton effort scolaire, le respect que tu dois avoir pour tes parents. Quand je te vois ainsi dans tes caprices, dans tes désir de tout et de rien, quand je te vois dans te grimaces, toujours en train d’exiger quelque chose, alors je comprends que nos enfants ont changés ; ils sont eux aussi victimes de notre société de consommation !

Et toi jeune que peux-tu offrir à Jésus ? La force de ta jeunesse, tous tes rêves pour demain, l’envie de vivre et de s’éclater, les efforts dans la construction d’un avenir parfois incertain. Mais parfois j’ai l’impression que ton envie de vivre soit brisée, je te vois plié sur ta tablette en train de cultiver le virtuel et ainsi tu délaisse le réel ; je te vois peux soucieux des autres, parfois enfermé ; je t’observe quand tu te laisses aller au chaos, sans brides, sans freins. Je te vois à la recherche de sensations sans saisir la limite, le risque de gaspiller ta jeunesse en un rien et rester sans rien.

Et toi adulte, homme ou femme, que peux-tu offrir à Jésus ? Certainement la beauté d’une vie accomplie, de ton travail important, de ta maison, de ta famille, la joie de mettre au monde des enfants, tous les efforts pour arriver au point où tu es. Mais je vois aussi la fatigue du quotidien, combien de temps perdu à suivre des choses futiles, je vois tes peurs, tes incertitudes, je découvre aussi les côtés sombres de ta vie. Je sais que tu cherches l’appui des charlatans pour tes problèmes et difficultés, je vois ta jalousie qui te pousse à désirer le mal pour les autres. Ton esprit de corruption je le constate au quotidien, tu es prêt à tout pour avoir quelque chose.

Et toi  mon ami du troisième âge que peux-tu offrir à Jésus ? La joie d’une vie donnée et de toute une richesse morale accumulée en tes longues années. Combien de travail et de souffrances pour réaliser quelque chose. La sérénité de tes vieux jours avec toute ta passion pour ta famille, tes enfants. Mais je t’invite à ne pas avoir peur, à tenir bon dans l’espérance. Ne soit pas trop préoccupé de toi-même, ne désire pas être au centre de l’attention, laisse les plus jeunes vivre leur expérience et n’impose pas ta vision.

Et toi prêtre ou consacré que offre tu à Jésus ? Certainement ton amour pour la mission, le don de tes vœux qui te font si fort et si fragile à la fois. Ton envie de changer le monde et tout le bien que tu peux faire aux autres. Mais je vois aussi la fatigue de ta fidélité, parfois les compromis, la recherche de toi, un certain amour pour les biens matériel, un besoin d’assurance. Je constate que le risque d’une double vie est réel ; je t’encourage à tenir bon dans le don de toi. Plus tu es généreux dans ton service et plus tu sauras garder la fidélité.

Faisons sans peur un cadeau à Jésus, en retour il nous remplira de son Amour !

Related posts

%d blogueurs aiment cette page :