Fondation d’une communauté de missionnaires

Fondation d’une communauté de missionnaires

Dès le début de son ministère, Eugène refuse une responsabilité diocésaine de prestige afin d’aller aux pauvres, aux travailleurs, aux jeunes, aux malades et aux prisonniers d’Aix. Submergé par les exigences et les possibilités de ces ministères, il réalise bientôt qu’il doit réunir un groupe de prêtres zélés pour travailler avec lui. Son but: réveiller “la foi endormie dans le coeur d’un si grand nombre”.
En septembre 1815, il fait l’expérience d’une autre “secousse étrangère” qui l’oriente de façon définitive vers l’action apostolique. Il se consacre alors corps et âme à la réalisation de son plan: l’établissement d’une société de missionnaires. Le 25 janvier 1816, la Société des Missionnaires de Provence était née.

Le Père de Mazenod invite ses compagnons à “vivre ensemble comme des frères” et à “imiter les vertus et les exemples de notre Sauveur Jésus Christ, tout d’abord en prêchant la Parole de Dieu aux pauvres”. Il les invite à se consacrer sans réserve au travail des missions, en s’y engageant par des vœux de religion. En raison de leur petit nombre et des besoins pressants et nombreux des populations environnantes, ils limitent d’abord leur zèle aux campagnes de Provence. Leur plus grand désir, cependant, est d'”embrasser l’immense étendue de la terre entière”, comme le Fondateur l’écrit dès 1818.

La petite Société reçoit l’approbation de Léon XII le 17 février 1826 et devient alors la Congrégation des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Leur devise, “Il m’a envoyé évangéliser les pauvres”, traduit leur charisme et leur trace la route à suivre.

Related posts