Face à la vie

Face à la vie

Eugène a 20 ans lorsqu’il revient d’exil. À son arrivée en France, son désir le plus grand est de vivre à plein, de reprendre le temps perdu. Jeune, de belle apparence, avec un nom de famille bien connu, il allait aussi hériter des biens récupérés par sa mère. Parmi ses grandes ambitions et prétentions: un mariage avec une jeune femme riche, une position sûre et prestigieuse dans la société, et l’accès aux plaisirs et aux amusements de la belle vie…

Ces rêves s’écrouleront les uns après les autres, et d’abord avec la mort soudaine de l’héritière entrevue. Eugène a alors 25 ans et est forcé de trouver un nouvel équilibre dans sa vie et dans sa personne. Il n’a pas le caractère extraordinaire qu’il s’était imaginé. Il possède certes de grandes qualités, un tempérament fort et un coeur généreux. Il est aussi évident qu’il est destiné à accomplir de grandes choses. Les amitiés superficielles et les plaisirs faciles de la haute société le laissent vide et sans goût.

Peu à peu, les ravages sociaux et moraux qu’avait apportés la Révolution française ont un impact profond sur Eugène. Il est ému par la condition désastreuse du clergé et par la profonde ignorance religieuse du peuple qu’il découvre partout. Doté d’un caractère vif et impétueux et rempli de nobles intentions, Eugène prend la résolution de faire sa part pour répondre aux besoins urgents de l’Église.

Related posts

%d blogueurs aiment cette page :