25 de vie religieuse de Sr. Marie Augustine Ndione : gratitude à Dieu pour le don pour le don de la consécration soutenue par Sa Miséricorde

25 de vie religieuse de Sr. Marie Augustine Ndione : gratitude à Dieu pour le don pour le don de la consécration soutenue par Sa Miséricorde

Première religieuse de la communauté catholique des Parcelles Assainies, la Sr. Marie Augustine Ndione, actuelle Conseillère générale déléguée des Sœurs Franciscaines des pauvres au Sénégal, a fait ses vœux perpétuels le 19 mai 1993. En cette année 2018, Sr. Marie Augustine célèbre 25 années de vie consacrée au service de Dieu. Sr. Augustine nous a partagé avec joie ce qui l’habite en cette occasion de jubilé.

Mipacom :  Sr Marie Augustine, vous fêtez 25 ans de vie religieuse au sein de la communauté des Sœurs Franciscaines des Pauvres, quel est le sentiment qui vous anime en ce jubilé ?

Sœur M. A. Ndione Merci pour l’intérêt que vous accordez à mon jubilé. Le sentiment qui m’habite en ce moment est un sentiment de gratitude à Dieu pour le don de la vie d’abord, cette vie dont il a pris soin et fait grandir. Gratitude à Dieu pour le don de la consécration soutenue par Sa Miséricorde tout au long de mon cheminement derrière Jésus ; gratitude à ma congrégation qui n’a ménagé aucun moyen pour ma croissance humaine, spirituelle, et charismatique durant toutes ces années ; gratitude à ma famille qui, à l’époque avait respecté mon choix et qui m’a toujours soutenue et conseillée. Enfin un sentiment de joie d’être là aujourd’hui en action de grâces.

Mipacom : Vous êtes la 1ère religieuse de la communauté catholique de MIPA, comment s’est fait ce choix de rejoindre les Sœurs Franciscaines des pauvres ?

Sœur M. A. Ndione :  Le choix a été simple. J’étais une jeune fille engagée dans ma paroisse, je travaillais déjà depuis quelques années mais j’étais toujours en recherche à savoir comment réaliser ma propre vocation.  Les sœurs sont arrivées dans cette paroisse et pour moi ce fut une belle opportunité de les connaitre. J’ai découvert leur mode d’incarner l’Evangile dans un charisme si spécifique qui m’avait touché et j’ai compris que cela me convenait.

Mipacom : Qu’est-ce qui vous aura le plus marqué durant ces 25 années de vie religieuse ?

Sœur M. A. Ndione :  Faire expérience de l’amour de Dieu dans ma vie fut unique. L’approche avec la portion d’humanité pauvre et souffrante est devenue charismatique et propre en moi pour cette mission qui m’est confiée. C’est là que j’ai pu toucher du doigt les blessures du Christ souffrant dans ses frères.

Mipacom : Vous avez gravi des échelons pour occuper aujourd’hui le poste de Conseillère générale déléguée pour la zone du Sénégal. En quoi consiste votre nouvelle responsabilité ?

Sœur M. A. Ndione :  En tant que Conseillère générale déléguée pour la zone du Sénégal j’ai la responsabilité de guider et veiller sur mes sœurs, de veiller pour la bonne marche de notre mission dans l’Eglise du Sénégal, pour le peuple sénégalais. Je suis aussi chargée de rendre compte de tout ce qui nous est confié et de gérer les relations administratives et juridiques.

Mipacom : Comment voyez-vous la mission des Sœurs Franciscaines des pauvres au Sénégal ?

Sœur M. A. Ndione :  La mission des sœurs Franciscaines a les mains dans la pâte. Sa présence est plus qu’indispensable dans notre société ou tant de pauvres tendent la main en ayant comme unique espoir ce que nous pouvons leur offrir. Ils font des kilomètres pour rejoindre l’unique poste de santé existant dans les villages environnants, où tant de femmes perdent leur vie en donnant la vie, où tant d’enfants souffrent de malnutrition, victimes de maladies ou d’épidémies, l’ignorance, une plaie à éradiquer, dignité et liberté d’opinion à restituer à la femme, etc. Cette mission est entrain de répondre à la vocation pour laquelle elle est née en la Pentecôte 1845, quand le Christ flagellé et outragé plein de blessures et de sang demande à la Bienheureuse Françoise Schervier notre fondatrice d’initier une congrégation pour : « guérir, ses blessures dans l’humanité pauvre et souffrante ».

Mipacom:  Un message pour les jeunes filles de la communauté des catholiques des Parcelles Assainies ?

Sœur M. A. Ndione : Aux jeunes filles je les inviterais à écouter du fond du cœur la voix de Jésus qui appel toujours à un amour plus grand. Il y’a tellement à aimer dans notre société, dans notre monde qu’un ‘’soit disant’’ ami de Jésus ne peut se permettre de s’enfermer en soi même. Il y’a plus de joie en donnant qu’en recevant et Dieu aime celui/celle qui donne avec joie. En effet il nous envoie chaque jour un frère, une sœur à aimer sur le chemin de ‘’la Samarie’’. Jeunes filles n’ayez pas peur de vous investir pour Dieu. Il ne vous enlève rien au contraire il vous donne tout.

Merci pour l’opportunité de partager.

Related posts

%d blogueurs aiment cette page :